Financé par le Fonds Politiques Migratoires, dans le cadre du projet “Activités d’Enquêtes Familiales et organisation du Retour Volontaire Assisté des Mineurs Étrangers non Accompagnés présents sur le territoire de l’État Italien”.

Les Enquêtes Familiales

Retracer les parents du Mineur

Le Ministère de l’Emploi et des Politiques Sociales promeut l'identification des parents des mineurs étrangers non accompagnés recensés, à travers la collecte des demandes et des rapports envoyés par les services sociaux, et la transmission à l’OIM des informations nécessaires pour repérer la famille des MENA.

Depuis 2008, l'OIM a effectué les enquêtes familiales pour les MENA dans 47 différents pays, là où les conditions de sécurité le permettent.


 

L'enquête familiale est effectuée par le personnel de l'OIM directement auprès de la résidence de la famille de Mineur, faisant suite à des contacts téléphoniques préliminaires, nécessaires à établir un lien de confiance avec la famille du Mineur.

L’enquête familiale est proposé par l’OIM comme outils afin d’aider une meilleure compréhension et approfondissement sur la situation du Mineur, qui peut être particulièrement utile pour:

  • comprendre le contexte social et familial du Mineur ainsi que son expérience précédente à la migration (éducation, formation, travail) fournissent des indications utiles aux services sociaux afin de mieux cibler les interventions en faveur du Mineur;
  • fournir une évaluation préliminaire des ressources et des opportunités disponibles dans le contexte d'origine du Mineur, qui puisse s’avérer utile pour esquisser des hypothèses d’assistance à la réintégration, au cas où le Mineur demande de rentrer chez sa famille, et les autorités responsables confirment que cela représente la meilleure option pour soutenir l'intérêt supérieur du Mineur.

Le rapport sur l’enquête avec la famille, une fois rempli par le personnel de l'OIM dans le pays d'origine (ou de résidence de la famille) du Mineur, est traduit et finalisé par l'OIM de Rome, et enfin envoyé au MEPS. Enfin, le Ministère transmet le rapport d’enquête aux services sociaux de la municipalité qui est en charge de la réception du Mineur, à la demande de cette dernière.

Le résultat l’enquête familiale peut contribuer de manière significative à la définition, par les services sociaux italiens, d’un parcours d’intégration approprié pour chaque MENA.

Quelles sont les données nécessaires pour lancer l'activité d’enquête familiale:

  • données personnelles des parents du MENA ou de ses tuteurs légaux; il est préférable disposer aussi de quelque information sur le foyer familial;
  • l’adresse de résidence de la famille et leur numéro(s) de téléphone;
  • en absence d’un numéro de téléphone, toutes autres instructions pouvant être utiles pour repérer la famille (le nom d'une école ou une institution religieuse près de leur résidence, le lieu de travail des parents, etc. ...);
  • informations sur le MENA, sur les causes et les modalités de son arrivée en Italie, sur son parcours d’intégration en Italie; il est aussi très important de communiquer tous besoins particulières ou bien les possibles problèmes - du Mineur et/ou de sa famille - qui nécessitent d’une analyse en profondeur.

Les services sociaux ont la possibilité de rendre les enquêtes familiales plus ciblées et efficaces, en précisant dans leur rapport toutes les questions relatives au Mineur qui devraient être explorées avec la famille lors de l'entretien

Combien de temps il faut pour achever une enquête familiale:

L'accord entre le MEPS et l'OIM prévoit pour l’achèvement de chaque enquête familiale un délai de 28 jours naturels, à partir de la réception par l’OIM de la demande de lancer l’enquête familiale envoyée par le MEPS.

Néanmoins, il faut aussi noter que le délai peut s'étendre ensuite à une augmentation des demandes d’enquête familiales pour un pays en particulier, ou à cause des difficultés (géographiques, climatiques, de sécurité) liées à un territoire spécifique, ou bien encore à cause de l’indisponibilité temporaire des parents du MENA.

En outre, la priorité est donnée aux enquêtes familiales considérées comme les plus urgentes: celles pour ces MENA qui sont proches à devenir majeurs, celles liées à une demande de retour volontaire assisté, ou bien pour des raisons de vulnérabilité ou d'urgence spécifique mises en évidence par les services sociaux.

Les étapes de l’enquête familiale:
1) Etablir une
relation avec la famille

Le premier contact/appel téléphonique avec la famille du Mineur est souvent un passage clé, pour:

  • Dépasser des méfiances
  • Donner des informations claires et efficaces
  • Expliquer bouts et modalité de l’interview
  • Etablir un rendez- vous

Maintes fois plus contacts téléphoniques avec les parents du Mineur se révèlent nécessaires afin d’établir un ’atmosphère de confiance et obtenir leur consentement à l’interview.

Le temps de réalisation de cette première phase peut varier en raison de:

  • L’attitude du Mineur et/ou la disponibilité de sa famille;
  • mobilité/traçabilité des membres de la famille.

Les services sociaux peuvent faciliter ce premier contact en expliquant au Mineur le but del’enquête familiale
2) La visite sur le terrain et l’interview avec la famille

  • Toute fois que la situation du pays est le permet, l’interview est réalisée en collaboration avec les services sociaux locales (par exemple en Kosovo, en Moldavie);
  • L’entretien se déroule en faisant référence à un questionnaire semi- structuré, qui vise à approfondir les aspects suivants:
    • Conditions et perspectives de vie (noyau familiale et contexte locale);
    • Situation et attentes du Mineur avant son départ;
    • Elaboration et réalisation du projet migratoire;
    • Considérations finales sur le contexte socio- économique local et sur les possibilités de réintégration.

Il s’avère très important - pour le personnel OIM – d’obtenir de plus d’information possible de la part des services sociaux italiens à propos de ce qui est du chemin suivi par le Mineur en Italie, afin de pouvoir:

  • Donner des informations correctes à la famille à propos de la situation du Mineur en Italie (parcours d’intégration et condition psychologique, problèmes éventuels, nécessité d’obtenir des documents etc.);
  • Vérifier et approfondir les informations transmises par les services sociaux (par exemple les attentes du Mineur qui étaient déjà présentes avant sa migration)

3) Méthodologie utilisée

Pour le déroulement des enquêtes familiales l’OIM adopte une méthodologie qualitative, qui prévoit des visites sur le terrain destinées au rencontre avec les familles des mineurs dans leur milieu social et de résidence; le bout est d’analyser les traits économiques et sociaux du contexte locale, avec une regard particulier soit aux ressources qu’aux potentiels positifs, avec un œil aux limites éventuels et aux facteurs de risques éventuellement présents dans le contexte d’origine du Mineur.

Entre autre, dans chaque phase de contact et interaction avec les familles des Mineurs, l’OIM reste rigoureusement fidèle aux principes de transparence et de protection des données sensibles, qui appartiennent à l’Organisation.

Au cours des premiers contacts téléphoniques avec les familles des mineurs, le personnel OIM donne toute information sur le projet et sur les raisons qui ont emmenées à la décision d’entamer l’enquête familiale. Le rendez- vous et l’interview avec la famille du Mineur sont convenus avec les membres de la famille, à condition qu’ils acceptent d’être interviewés.

Au début de la visite chez la famille, les parents sont invités à prendre vision d’un énoncé qui explique la modalité de collecte et de traitement des données sensibles (y inclus des éventuels photos) et les finalités auxquelles les informations recueillies à travers l’interview seront destinés, ou encore sur leur transmission au MEPS aussi bien que sur l’analyse statistique des données qui ont été collecté dans l’ensemble.

Donc, l’interview débute uniquement une fois que les membres de la famille du Mineur aient explicitement accepté d’y participer.

L’OIM garantie la protection des données sensibles pendant toutes phases d’analyse et transmission des mêmes aux organismes intéressés.

4) L’apport des enquêtes familiales à la mise en œuvre du projet de réintégration :

A partir de l’analyse des informations collectées pendant l’interview avec les membres de la famille du /de la mineur/e on obtient une « photo » du contexte familiale et locale, avec ses caractéristiques spécifiques, autant que des indications dans les grandes lignes sur la possibilité de réintégration (soit d’un point de vue du travail que de la formation professionnelle et/ou scolaire).

Ces informations pourront éventuellement être mises au jour et/ou approfondies dans le cas que où le Mineur prenne en considération l’idée de faire retour chez soi, et à condition que le service social responsable on en fait demande.