Financé par le Fonds Politiques Migratoires, dans le cadre du projet “Activités d’Enquêtes Familiales et organisation du Retour Volontaire Assisté des Mineurs Étrangers non Accompagnés présents sur le territoire de l’État Italien”.

La Reintegration

Le retour volontaire assisté a lieu quand le Mineur exprime la volonté de se réunifier avec sa famille d’origine et une fois que les organismes responsables aient établi que cela correspond au supérieur intérêt du Mineur.

Le projet de réinsertion:

  • Il se base sur l’analyse des potentielles et des opportunités offertes par le milieu familiale et par le contexte d’origine du Mineur, déjà identifiés et évalués à travers le rapport d’enquête familiale mais qui peuvent être approfondis davantage;

  • Il prend en considération les exigences et les capacités qui ont été éventuellement acquises par le Mineur avant de quitter son propre pays ou pendant sa permanence en Italie (par ex. conclusion d’un parcours d’études, cours de formation professionnelle, démarrage d’une petite entreprise);

  • Au fin d’être durable il doit même prendre en considération la situation et les besoins de la famille d’origine.

  • Il envisage un aide en «produits et services» au fin de permettre au Mineur de se réintégrer dans la meilleure des manières dans son contexte d’origine aussi bien que dans son contexte familiale, par exemple en poursuivant ses études, et/ou en suivant un cours de formation professionnelle, et/ou en le soutenant dans le démarrage d’un travail ou d’une petite entreprise à soi;

  • Sa préparation suivi un parcours de counseling qui est conduit avec le Mineur intéressé.

 

Au fin que la réintégration du Mineur dans son contexte d’origine soit positive et donne des bons résultats au cours du temps, l’OIM vérifie que le projet de réintégration pour le Mineur soit effectivement projeté sur la base des attitudes et sur les nécessites du mineur, en considérant des exigences à court y long rayon, et la perspective de durabilité et soutenabilité du même projet.

 

Dans le cas où l’assistance au retour et à la réinsertion doit être organisé en faveur d’un Mineur en condition de vulnérabilité, il est essentielle que ses problèmes spécifiques soient signalés /identifiés et tenus en considération dès le début et que des interventions bien ciblés soient entamés à ce propos, en assurant ainsi que les nécessites du Mineur soient prises en véritable considération soit en Italie, dans une première phase, soit dans le pays d’origine une fois que le retour soit réalisée.

 

Le monitoring de la réintégration du Mineur:

La réintégration du Mineur dans le pays d’origine est suivie par les bureaux de l’OIM pour un minimum de six mois dès le moment du retour.

Dans les cas où le mineur est particulièrement vulnérable, le monitoring peut se prolonger dans le temps et ainsi devenir un véritable suivi. L’OIM donne garantie, entre autre, que des relations périodiques sur le déroulement de la réintégration du Mineur soient envoyées au MEPS.